17 mai 2010

Homophobie et politique...


Aujourd'hui, c'était la journée mondiale contre l'homophobie.

Et en politique, où en est-on ? Un président gay en 2084 ? Il y a un maire de Paris gay. Mais pour un exemple, combien de planqués ?

La société a pourtant besoin d'exemples.

Le débat est le même pour les femmes : alors qu'on a même pas de courage de mettre vraiment des femmes en politique, quand on préfère payer des amendes, plutôt que respecter la parité, même sous des dehors de respectabilité et d'ouverture, on n'est pas près de faire évoluer les esprits...

Bien entendu, il n'est pas question de mettre des gays ou des lesbiennes en politique. Mais si ceux et celles qui le sont le disaient, ce serait déjà une belle avancée...

Non ?

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. ah ben j'ignorais, pour l'idaho...

    ben en fait, pourquoi faire?
    on n'en fait pas assez pour les gays, ptet? hein? et les pubs de gel douche avec les mecs musculeux, ça suffit pas ? Et The L-word, et Queer As Folk ? Et Steevy vous en faites quoi de Steevy???

    et puis désolé, mais je comprends un peu nos communicateurs politiques : ça reste utile d'avoir les gays dans un coin (pour les trans, je suis pas sûr donc je vais pas trop m'avancer non plus)

    les gays, c'est bien, parce que ça peut constituer un lobby providentiel si on arrive à les motiver, et au pire (ou bien s'il faut un jour retourner sa veste, par exemple en allant plutôt vers un lobby conservateur voire religieux), constituer un excellent bouc émissaire pour une population qui ne sait toujours pas quoi en penser et a bien besoin de gens à blâmer, et qu'on se garde bien d'informer ou d'éduquer à ce sujet(comme vous le dites si bien, on est pas près de faire évoluer les esprits, à ce rythme-là)

    Résumé des derniers grands points chauds pour la communauté gaie dans l'opinion publique française, sans ordre chronologique mais avec un ordre d'idée tout de même.

    Censure de contenu médiatique estampillé gay et qui n'en est pas (AU LOUP! AU LOUP!)
    * exemple : Les Teletubbies censuré en Pologne, parce qu'un des ridicules petits personnages porte un sac-à-main et çà pourrait donner des idées à certains mômes. J'aurais jamais cru que ça me ferait de la peine de savoir que ce machin télévisuel est censuré mais y'a quand même des limites. D'autant plus que pour les intolérants (=ignorants), faire ce genre d'amalgame débile peut facilement mener à une sorte de chasse aux sorcières...

    Réintroduction périodiques de l'amalgame homosexualité = pédérastie, puis répétition de l'amalgame, puis réaction à l'amalgame, puis répétition...
    * il suffit d'ouvrir un journal en ce moment pour tomber dessus. Des éminences catholiques relancent le débat l'air de rien, et on réagit. On est obligé de prendre position pour ou contre, avec quand même, dans l'idée, qu'on est possiblement pour la pédophilie, juste en passant. Ca fait toujours plaisir d'encourager la tolérance.

    Sarko, possibilité d'un gène de la pédophilie ?
    * je n'ai plus le lien ou l'article en tête, mais ça se trouve un peu partout sur la toile, Sarko l'a dit, il y croit comme fer, la pédophilie, c'est génétique.

    Sarko, la peine de mort pour les pédophiles ?
    * là aussi, cherchez bien sur la toile, c'est facile. L'Elysée dément cette info par contre, mais l'opinion ne dépare pas trop dans l'idée générale qu'on se fait du personnage.

    Et tout ça, en gros, depuis que Sarko est arrivé (rien à voir avec la Pologne, mais ça montre bien qu'il y a une grossse vague déferlante qui, bref, vous voyez, et je ne parle même pas des idées de ces horribles néo-con puritains d'outre-Atlantique qu'affectionne tant notre uber-président).

    Quand on ressasse tout ça, et qu'on voit comment certains grands groupes médiatiques profitent de toute évidence des amalgames et scoops outranciers dans ce genre pour des histoires de gros sous... on se dit qu'on est pas sortis de l'auberge. Oh non.

    (bon j'ai été un peu long, dsl!)

    RépondreSupprimer
  3. Journée mondiale contre l'homophobie ! Très bien ! Mais c'est quoi le combat contre l'homophobie ? Où est le curseur ? Etre contre le mariage des homosexuels et contre leur droit à l'adoption, est-ce être homophobe ? Question-débat autour d'une sondage trouvé sur Pnyx.com : http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/685

    Ce combat contre l'homophobie est-il celui contre les discriminations associées aux pratiques homosexuelles, relevant du respect de la vie privée ? Si oui, alors, vive ce combat ! Ou est-il celui pour l'élargissement du modèle familial, dont la dimension de la sexualité n'est que l'une des composantes ? Si oui, alors la plupart des démocraties sont institutionnellement homophobes ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,
    Beaucoup de lecture et de débat, en revenant ici ce soir !

    En effet, Dee, je crois à un vrai recul des mentalités, en parallèle du retour du religieux...Espérons que cela ne soit pas accompagné de violence...

    Bonsoir Orang,
    A vrai dire, je pense (je, personnellement, c'est mon avis, il n'engage que moi) que l'égalité des droits ne pourrait pas faire de mal. Le jour où l'on pourra dire : ces deux personnes vivent ensemble, partagent les mêmes impôts, les mêmes emmerdes, les mêmes charges et donc, elles partagent les mêmes droits, en cas de séparation, en cas de décès, en cas de partage de responsabilités parentales, alors, on pourra vivre à égalité et cela impliquera une vraie reconnaissance sociale, donc, moins de suspicion, moins d'animosité, moins d'homophobie. Peut-être...En tout cas, même si ce n'est pas la seule chose qui compte, cela fait partie du pack "vivons mieux l'homosexualité tous ensemble"...

    Mais pour répondre à votre question, en fait, pour l'instant, le combat contre l'homophobie urgent, c'est la lutte contre les violences faites au quotidien aux homosexuels : violences physiques et morales, ici et ailleurs...Violences qui vont jusqu'à la mort parfois...

    Voilà...

    CC

    RépondreSupprimer
  5. En France, une seule femme politique a fait son coming out: Françoise Gaspard en 1999/2000.
    Elle n'était plus engagée dans un parti politique (PS) à ce moment mais elle s'est beaucoup engagée dans le combat pour la parité politique, dès 1992.

    RépondreSupprimer
  6. Est-ce que le coming out d'un président aiderait au travail d'éducation indispensable chez les plus jeunes ? J'espère que beaucoup sera fait entre temps...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.