15 avril 2014

La fusion par le pinard

Je suis pour le rapprochement de la Franche-Comté et de la Bourgogne, tout comme Marie-Guite Dufay et François Patriat, qui se sont déjà prononcés positivement sur le sujet.

Ils ont de très bonnes raisons : des économies de fonctionnement, un rapprochement déjà largement effectif entre les universités et les hôpitaux, des intérêts économiques...

J'en ai une autre : la Franche-Comté améliorera de beaucoup la qualité de ses vins en fusionnant avec la Bourgogne. Et la Bourgogne y gagnera assurément sur ses fromages.

Quoi de mieux qu'un bout de comté avec un bon verre de Bourgogne?!

On pourra cependant se demander si le nord de la Franche-Comté n'aurait pas tout intérêt à préférer la choucroute...

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 avril 2014

A la santé ?

Prise d'un gros rhume et d'une grande fatigue, je m'inquiète : personne pour s'occuper de la santé dans le gouvernement...Ni ministre, ni secrétaire d’État...

Étrange, non ?

Par contre, on a du désir, une fleur et un rossignol...Elle est pas belle, la vie ? C'est le printemps !

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 avril 2014

Mieux vaut un gouvernement de combat qu'un gouvernement de cons tout court

Je suis assez d'accord avec Elooooody : les choix de Valls (et de Hollande) pour le nouveau gouvernement, sont plutôt judicieux.

Plusieurs messages : on rajeunit un peu, on met aussi de la maturité, on met des nouveaux, on met des anciens, on met de l'aile gauche, on met de l'aile droite.

Le pot-au-feu pourrait avoir de la saveur.

Je disais hier que Valls était une surprise pour tout le monde, parce que jugé très (trop) à droite, dans ses prises de positions. L'équilibre est retrouvé avec Montebourg aux finances.

Il me semble évident que Fabius et Taubira ont bien fait le job jusque là et qu'il n'y avait pas de raison de les changer de place.

Il semble évident que Royal est la plus qualifiée pour les questions d'environnement au PS, puisque les écolos ont fait les rigolos...

Tiens, je ne sais pas qui est Cazeneuve. On verra.

Pour Hamon, j'attends de voir. La profession d'enseignant est très féminine, alors il va plaire, sans doute...Pour le reste, il a intérêt de faire ses preuves assez vite...Un ministre qui a fait moins d'études que le million de profs qu'il va diriger, ça risque de faire jaser.

Enfin, bref...il se dégage un impression de compétence, d'équilibre et d'expérience de ce nouveau gouvernement.

Évidemment, localement, il était bon d'avoir un ministre sous la main. Moscovici a perdu aux élections, c'est la démocratie et je trouve ça normal qu'il soit rebercyé...(mouahaha) mais désormais, pas de ministre entre Dijon et Metz...C'est un peu décevant pour la région...mais si l'on veut un gouvernement resserré, on ne peut pas avoir des ministres partout...

On voudrait tellement le beurre, l'argent du beurre et le ministre de l'économie... 

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 avril 2014

Alors on danse

Les jeux de mots avec le nom de Valls sont tellement faciles qu'on va s'en passer. On n'est pas chez Libé et on aura bien assez du Canard demain.

Je ne comprends pas pourquoi le président de gauche tient absolument à draguer un électorat de droite qui ne votera jamais pour lui. Mais c'est sans doute une stratégie politique qui me dépasse : la stratégie de l'impopularité. Peut-on déplaire plus ? La gauche de la gauche crie au scandale, à l'extrême droite au pouvoir, la droite crie au plagiat et a peur de la concurrence...Valls devient l'homme à abattre, trop populaire, trop à droite, trop plein de rodomontades, trop espagnol pour les fachos, trop fachos pour les gauchos...S'en sortira-t-on ?

En attendant le reste du gouvernement, en guettant les fuites éventuelles, je repense au très grand nombre de fois où l'on a entendu, dimanche soir, la phrase qu'on ressort, qu'on époussette soigneusement et qu'on répète inlassablement durant chaque soirée électorale : "Nous avons entendu le message des Français."

Bien que cette phrase comporte quelques erreurs notables (il n'y a pas un seul message, le verbe "entendre" n'est pas forcément synonyme de comprendre, les Français ne sont pas un groupe homogène...), les gagnants comme les perdants la ressassent comme un mantra tous les soirs d'élection, depuis des années. Et le lendemain, tout recommence.

That's politics, folks...

CC


Rendez-vous sur Hellocoton !

24 mars 2014

Impressions de campagne

Je ne sais pas ce qui m'angoisse le plus : que Balkany soit réélu malgré ses costumes à rayures, ses gros cigares et accessoirement la batterie de cuisine qu'il traîne...Que l'abstention soit si forte...Même pas la moitié des électeurs se sont déplacés, chez moi...Qu'un dénommé Steeve représente le parti de la préférence française et soit élu au premier tour ou que finalement, la moitié des gens se fichent de tout ça...

Je ne sais pas ce qui m'inquiète le plus...cette démocratie qui fout le camp dans l'indifférence...

Depuis hier soir, je suis élue : lourde responsabilité. Je me suis dit qu'il était facile de dire, facile d'écrire mais qu'il fallait aussi se mettre à faire, pour voir comment se passent les choses, comment on prend une décision, comment on fait un choix qui va influencer la vie quotidienne des gens. 

Je pense beaucoup à mon père, bien sûr, qui a toujours été un homme de terrain, engagé, syndicalement, dans les organismes agricoles, élu à la chambre d'agriculture, dans des coopératives d'éleveurs...C'est un guide et un modèle indépassable.

J'ai la chance de faire partie d'une équipe formidable, avec des femmes et des hommes de convictions, qui ont de l'expérience et qui sont, eux aussi, engagés : dans le milieux associatif, dans l'économie solidaire, syndicalement, politiquement...

Durant la campagne, on a eu l'occasion de constater, en faisant du porte à porte, que les gens n'étaient pas hostiles, qu'ils étaient même plutôt satisfaits de la gestion de la ville. C'est une campagne qui s'est bien passée et nous avons été élus largement contre trois autres listes. Mais alors pourquoi ne pas venir voter ? Pourquoi laisser le choix à d'autres, au risque de perdre ce qui nous plait ?

Cela reste un mystère. Nous sommes peut-être les enfants gâtés de la démocratie, la tête pourrie par les médias qui ne montrent que ce qui ne va pas. Mais en même temps, il y a ceux qui votent pour le pire, en toute connaissance de cause. Pourquoi ? Mystère ? Et puis il y a ceux qui ne répondent pas à la question : on leur demande "Qui voulez-vous pour gérer votre commune ?" et ils répondent : "On ne veut pas de ceux-là pour gérer le pays." Étonnant, non ?

Bref, je suis heureuse que ma ville soit toujours dirigée par cette belle équipe dont je fais maintenant partie mais je suis tout de même très inquiète pour la démocratie...
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 février 2014

Stéréotypes de genre

Tout simplement, parce que ce matin, à 8h, des élèves de troisième pas spécialement plus idiots que les autres ont affirmé que c'était aux femmes de faire le ménage et la vaisselle, parce qu'ils ont explosé de rire quand une de leur camarade disait que son père avait les cheveux longs, parce que, sans broncher, unanimement, ils ont déclaré que tous les hommes exerçant la profession de coiffeur ou faisant de la danse, étaient gays, alors, sincèrement, je pense que l'école ne fait pas assez d'éducation à l'égalité entre les filles et les garçons.

Vraiment. Et que les bigots qui veulent continuer éternellement à faire du bricolage et du foot tandis que leur femme passeront le reste de leur vie dans leur cuisine à se faire les ongles après avoir nettoyé le frigo, fassent ce qu'ils veulent.

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

28 janvier 2014

Il était une fois la théorie du lama...

Il était une fois un pays qui ressemblait à tous les pays. Les enfants allaient à l'école et y apprenaient péniblement à lire et à écrire. Dans ce pays, tout allait aussi bien que possible, bien qu'il fasse froid en hiver et chaud en été.

Un jour, une rumeur courut : quelques étranges personnes avaient décidé unilatéralement qu'il fallait absolument qu'on forme les enfants, dès leur plus jeune âge, à aimer les lamas. On dit même que cela était devenu l'objectif numéro un du gouvernement : il fallait que les élèves, dès la maternelle apprennent à désirer des lamas, à penser lamas, à devenir des lamas.

Le complot était terrible : il fallait que les instituteurs suivent des formations sur les lamas, qu'ils se marient eux-même à des lamas, qu'ils fassent des power point sur les lamas aux lycéens et des jeux pédagogiques en peluche pour les plus jeunes, toujours sur le thème du lama...

On parlait de la théorie du lama, partout. On disait "Llama's theory", pour faire genre.

La finalité était évidemment l'anéantissement de la race humaine au profit de l’avènement des lamas.

Heureusement, quelques irréductibles humains veillaient au grain : ils étaient prêts à faire barrage de leur corps pour ne pas qu'on devienne tous des lamas. C'est vrai, ça ! Au nom de dieu, qui nous a créé à son image, on ne pouvait pas se laisser transformer en lama sans rien faire. Il était pourtant évident que si on parlait des lamas aux enfants de trois ans alors ils deviendraient des lamas : c'était inéluctable.

Alors, ces quelques résistants décidèrent d'envoyer des SMS et des mails à tout les parents croyant en un dieu quelconque pour faire valoir des arguments divins : on ne pouvait pas laisser faire ça. Les petits garçons et les petites filles ne pouvaient pas se mettre à cracher !

La preuve que cette rumeur était vraie, bien sûr, c'est que tout le monde disait le contraire : les professeurs niaient, le ministre niait, même le président de la République niait. Et ça, c'était la preuve suprême de la véracité de la chose. Personne ne se demandait vraiment pourquoi on voulait faire ça : c'était peut-être un truc des extra-terrestres, c'était sans doute le diable, c'était juste pour mettre fin à la bonne marche du monde, voilà tout.

Tout dégénéra quand on commença à entendre l'insulte "Sale lama !", quand on vit fleurir les tags "Mort aux lamas !" et, pompon sur le bonnet en alpaga, quand des massacres de lamas furent perpétrés dans les zoos du pays.

Les quelques personnes qui savaient encore lire décidèrent enfin d'aller consulter les programmes de l'éducation nationale : il n'avait jamais été question d'enseigner la "Llama's theory" dans les écoles. Jamais. D'ailleurs, cette théorie n'existait pas.

Mais le mal était fait : guerre civile entre les pro lamas et les anti lamas.

Quand tout explosa, à cause d'un lama ayant trouvé par hasard le bouton rouge de la bombe H, de tous ces idiots, il ne resta rien. Et c'était mieux comme ça.

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !