4 septembre 2009

Epidémie 6

"Combien de cas ont été cachés au public ? C'est incroyable : pourquoi n'avez vous pas prévenu les autorités plus tôt ? Depuis combien de temps tout ce truc dure-t-il ??? s'énerva soudain l'élu, nous devons faire quelque chose ! Si ça venait à se savoir, on serait dans de beaux draps ! Pire que l'affaire du sang contaminé ! L'attitude de la communauté scientifique est irresponsable, nom de Dieu !

- Ne vous énervez pas. Nous ne pouvons rien faire. Pour l'instant, nous ne pouvons rien faire !, martela la voix au bout du fil, trop tranquille pour ne pas agacer encore plus son interlocuteur.

- Rien ?! Mais vous ne savez pas d'où viens ce problème ? Vous ne savez pas combien de victime cela fera ? Vous n'avez pas identifié le virus ? Vous ne trouvez pas de vaccin ???? et comment se protéger ?

- Calmez-vous. Soyez digne de votre fonction, faites preuve de sang-froid."

(Suite bientôt)

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. Chouette un nouvel épisode.
    C'est super. Bien vu et vite lu.

    RépondreSupprimer
  2. On aimerait en savoir un peu plus à chaque billet, y a trop de SUsPENs :)
    Pour sûr a demain.

    RépondreSupprimer
  3. Trois nouvelles personnes, deux hommes et une femme enceinte, sont décédées des suites de la grippe H1N1 en Polynésie française, a annoncé le ministère polynésien de la Santé. Ces décès portent à six morts le bilan de la grippe H1N1 en Polynésie.

    L'un des deux hommes, âgé de 73 ans, était porteur d'une pathologie chronique lourde, précise-t-on de même source, alors que le second, âgé de 61 ans, présentait déjà "plusieurs facteurs de risque respiratoires".

    La femme enceinte était "hospitalisée en réanimation" pour une forme grave de grippe H1N1. Son bébé, né à six mois de grossesse, est actuellement hospitalisé en néonatologie , a indiqué le ministère polynésien de la Santé.

    Fin de citation (AFP).

    Pour le moment, le bilan en Polynésie est donc le suivant :

    - 3 morts qui avaient déjà des pathologies lourdes

    - et 3 morts qui n'avaient aucune pathologie.

    La proportion est donc 50 / 50.

    Le docteur Margaret Chang, directrice générale de l'OMS, avait trouvé une proportion différente :

    - 60 % des morts avaient déjà des pathologies

    - et 40 % des morts n'avaient aucune pathologie.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estime que le fait "le plus préoccupant" de la grippe H1N1 est que "40 % des décès concernent des jeunes adultes en bonne santé".

    "Ce virus voyage à une vitesse incroyable, inédite", et "en six semaines parcourt la même distance que d'autres virus en six mois", souligne la directrice de l'OMS dans une interview au Monde daté de dimanche-lundi.

    Elle insiste aussi sur le nombre "sans précédent" de personnes infectées, estimant que "jusqu'à 30 % des habitants des pays à forte densité de population risquent d'être infectés".

    "60 % des décès surviennent chez des personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents", relève aussi le Dr Chan. "Ce qui signifie que 40 % des décès concernent des jeunes adultes - en bonne santé - qui meurent en cinq à sept jours d'une pneumonie virale".

    "C'est le fait le plus préoccupant", dit-elle, estimant que "soigner ces patients est très lourd et difficile".

    http://www.lesechos.fr/info/sante/afp_00178228.htm

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.