25 janvier 2010

No Sarko D. : explications...


Oui, forcément, mes lecteurs silencieux mais attentifs doivent penser que cette fois-ci, c'est sûr, je radote, j'ai le cerveau comme du flan, j'ai la cafetière qui est plus que fêlée : une semaine je dis no au No Sarko D, et la semaine suivante, je dis Yes.

Yes oui cannette de bière.

Vous avez sans doute constater que le texte a changé : le no sarkozy day est une idée qui s'est arrondie, peaufinée, embellie en prenant de l'âge, tout comme une bonne bouteille de vin.

Ou comme une Révolution : quand c'est jeune, ça coupe des têtes, ça embroche des nobles au bout d'une pique et en vieillissant, ça propose des idées plus pacifiques et plus douces, ça gagne en "gouleyance" et ça promet la victoire en chantant.

Alors là, on ne parle plus de démission, mais simplement de république, d'expression libre et d'opposition toute démocratique. En démocratie, on a le droit de ne pas être d'accord et de le dire.

Ça ne mange pas de pain et pas de brioche non plus, comme dirait Carla-Antoinette, mais il se peut que ça fasse avancer le débat. Et puis la démocratie ne s'use pas seulement si l'on s'en sert. (Hum...Le Sancerre...)

Donc, le 27 mars prochain, la rue dira non à Sarkozy. Pourquoi est ce que je dirais non à la rue, hein ? de quel droit ? Donc, je dis oui.

C'est clair ?

Tant pis.

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. Oui, les couillons n'ont pas vu que le texte a changé.

    RépondreSupprimer
  2. Ben oui...les gens ne lisent plus, c'est comme ça, mon bon, on n'y peut rien...Et c'est pas avec les profs de français qu'on a de nos jours que ça va changer...je sais de quoi je parle...

    :)

    RépondreSupprimer
  3. A se demander des fois pourquoi d'autres couillons se décarcassent pour qu'un texte auquel on a dit non pour de bonnes raisons devienne un texte auquel on peut dire oui parce que les raisons de dire non ont disparu.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Y'en a beaucoup, des couillons, comme dit Nicolas, dont certains plutôt proche de vous, qui n'ont pas vu le changement.

    Maxime explique bien les raisons pour lesquelles c'est ridicule de signer à la fois les deux. Tout n'est pas réglé par ce texte que vous semblez tous présenter comme la bible du parfait petit contestataire!

    Après vous faites ce que vous voulez ! Tout comme je fais ce qui me chante si je souhaites pointer du doigt la contradiction.

    RépondreSupprimer
  6. Hello,

    Oui,dedalus on se demande...

    @Seb : "La Bible du parfait petit contestataire"...si y'a bien un truc qui ne va pas ensemble, c'est la religion et la contestation...Et puis surtout s'il y a une chose qui va mal sur mon blog, c'est le sérieux, le logique, le parfaitement évident, le pas contradictoire. Sauf quand il s'agit, dans le fond, de dire que je n'aime pas tellement la politique de Sarkozy mais que j'ai une tendresse particulière pour la démocratie.

    Et encore heureux qu'on peut faire ce qu'on veut. Comme par exemple, ne pas se prendre au sérieux, ce que mon billet fait, j'espère.

    CC

    RépondreSupprimer
  7. elle est bien l'affiche de filaplomb. Mais il s'est planté dans la date. C'est con.

    RépondreSupprimer
  8. mais pas du tout, Rimbus. c'est la bonne date ! ;-)

    en revanche je crois que c'est l'œuvre d'Étienne (à vérifier cependant)

    RépondreSupprimer
  9. Christophe Montgermont travaillait à la CGE, aujourd’hui Véolia, depuis 1984. Christophe Montgermont était un syndicaliste Force Ouvrière.

    http://seaus.free.fr/spip.php?article101

    Hier soir, sur TF1, Nicolas Sarkozy a cité en exemple les syndicats de Véolia. Tu m’étonnes ! Les syndicats de Véolia sont des syndicats comme les aime Sarkozy.

    Aux ordres.

    Tenus en laisse.

    Une laisse d’or.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.