26 avril 2013

Passons à autre chose

Je n'ai pas crié victoire, je n'ai pas sauté de joie, je n'ai pas fait la fête.

J'attends que la loi passe devant le conseil constitutionnel. Ensuite, j'attends de voir comment se passeront les premiers mariages. J'espère que le climat s'apaisera et que le gouvernement affirmera encore et encore qu'on est bien dans une république laïque et que les messages de haine et de rejet des chrétiens, dans la rue, et des musulmans, sur twitter, n'ont rien à faire là.

Ce que je constate, cependant, c'est que l'espace médiatique a été occupé massivement par une loi qui aurait dû être une évidence. Mais pourquoi l'espace médiatique a-t-il été autant occupé ? Cherchons donc un peu à droite...

Ceux qui menacent de l'effondrement de notre civilisation n'ont que des arguments ésotériques pour s'opposer à l'homosexualité. Mais, à part quelques giboulées bien naturelles pour un mois d'avril, nous n'avons pas constaté la colère divine...

Maintenant, nous allons pouvoir passer à autre chose. Par exemple à la politique industrielle de la France. Aujourd'hui, Nissan a annoncé qu'il allait fabriquer une des voitures de sa gamme en France. Vous savez que Toyota fait pareil ? C'est fou, non ?

Alors qu'on essaye de nous faire croire que nous ne sommes pas compétitifs, des entreprises japonaises, parmi les leaders mondiales du marché de l'automobile, viennent s'installer chez nous. 

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est comme pour le soleil : on en a tellement besoin ! :)

      Supprimer
  2. Hein ? après le mariage des homos, le mariage des autos ?
    Peugeot et Citroen, c'est des gars.
    Mercedes et Lada, c'est des filles
    Wolkswagen et Toyota... ben... j'sais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peugeot et Citroën sont mariés depuis longtemps, Renault et Nissan aussi...Dans l'industrie, le mariage pour tous ne choque plus depuis longtemps ! :) On appelle ça...GPA ? Ah ! Non ! OPA !

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.