18 juillet 2009

De loin

Pendant l'été, je regarde la presse de loin.

A peine si je jette un oeil au journal télé de france 2 à midi, si je suis chez mes beaux-parents, tout juste si mon oreille inatentive se laisse distraire par les infos de France Inter, chez mes parents ou dans la voiture. Et mes yeux tombent sur un journal, c'est pour regarder la météo, dans le canard local ou Aujourd'hui.

Autant dire que je suis encore moins informée que le péquin moyen.

Je me désintoxique et j'aime assez ça.

Cependant, comme je suis une grande malade, je ne peux pas m'empêcher, au moins une fois par jour, de regarder mes mails et quelques blogs.

Et là, c'est le grand écart : on parle du PS de partout, on parle d'Opinion Way, des enquêtes payées par l'Etat...On parle de trucs qui n'existent même pas dans la réalité.

Oui, moi qui suis une vacancière de base, je vous le dis tout net : le PS n'existe pas.

PS, c'est juste ce qu'on met à la fin d'une carte postale. (ex. : "PS : passe le bonjour à Mémé !" ou encore : "PS : n'oublie pas d'arroser la plante au dessus de la baignoire !")

Opinion way, n'en parlons pas : ce n'est même pas le titre du tube de l'été.

Pendant l'été, la réalité est plus vague, plus souple. Les contours sont plus flous.

On parle des pompiers qui s'entraînent pour prévenir les feux de forêts, on glose sur les chiens écrasés, on détaille les festivals de l'été.

La politique est au second plan et on fait tout pour la maintenir à cette place sans danger.

Heureusement, il y a les blogs. Mais la fréquentation est en baisse. La plage, le tour de France, le soleil, ce sont des concurrents sérieux.

Personne donc n'a parlé des incendies de voitures la nuit du 14 juillet. Personne ? Si ! BA, dans mes commentaires ! Merci BA ! (Ouvre ton blog, BA !) :

A quand un sondage OPINION WAY sur l'insécurité ?!!!

Le ministère de l'intérieur a demandé aux préfectures de ne pas communiquer aux médias les bilans des nuits des 13 et 14 juillet, notamment le nombre de véhicules
incendiés dans les quartiers, interdisant toute vérification des chiffres officiels.

Systématiquement, les autorités locales renvoient sur le ministère de l'intérieur, lequel a refusé de donner des statistiques précises, évoquant seulement des "nuits relativement calmes" malgré l'usage jugé "inquiétant", par les syndicats de policiers, de "mortiers" – des fusées pyrotechniques – contre les forces de l'ordre dans de nombreux quartiers.Seul le bilan de la première nuit a été communiqué : Quelque 500 véhicules auraient été incendiés pendant la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet, ce qui constitue le plus mauvais résultat jamais enregistré la veille de la Fête
nationale.

En clair : comme dans tous les autres domaines, Sarkozy a échoué dans la lutte contre l’insécurité. Sa seule méthode pour sauver la face : ne plus communiquer les chiffres, cacher les chiffres du désastre.

Bon été !

CC

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Un article hilarant ! A pleurer de rire ! Lisez cet article :

    « Regardez Carla Bruni-Sarkozy, belle de scène.

    Vidéo : à New-York, la première dame était dans l’angoisse et dans le vent.

    Happy Birthday, Mister Mandela… Carla Bruni-Sarkozy a exceptionnellement quitté samedi son habit de First Lady pour revêtir sa panoplie de rock star lors d’un concert caritatif en plein cœur de Manhattan.

    Oublié l’épouse top-model en retrait, la parfaite hôtesse de l’Elysée, c’est la chanteuse traqueuse qu’on a vu faire son show aux Etats-Unis. Contre toute attente, et devant de centaines de milliers de personnes, notre belle «ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le Sida» a pu gratter sa guitare.

    Récit de sa première prestation en public depuis que Carla l’artiste a épousé Nicolas Sarkozy.

    No Promises. Carla Bruni-Sarkozy avait annoncé après son union au chef de l'Etat, en février 2008, renoncer aux tournées. «Je pourrai faire des télévisions», mais pas «de scène parce que je ne peux pas me permettre d'entraîner une infrastructure de sécurité qui, dans mon esprit, est choquante», confiait-elle à Libération.

    «Je recommencerai à faire des concerts lorsque mon mari ne sera plus président de la République», assurait la belle Méditerranéenne. Nicolas est toujours là, et Carla s’est produite le 18 juillet devant un parterre de stars, dont son cher époux, à l’occasion du Mandela Day.
    ________________________________________
    Notre First Lady avait renoncé au public «pour des raisons évidentes de logistiques». Mais lorsque son ami, Dave Stewart, ancien membre du groupe Eurythmics, l’a sollicitée pour un duo lors de la Journée Mandela, c’est son cœur de rockeuse, et pas sa raison de «femme de», qui a parlé. Carla l’inspirée s’est (re)prise à rêver de fantaisie en sous-sol, de nuits blanches à composer, et de bœufs entre potes…
    ________________________________________
    Hier, une heure après le début du concert dans la mythique salle art déco du Radio City Music Hall, ouvert par un retentissant I Will Survive interprété par Gloria Gaynor, c'était au tour de Carla Bruni et de son comparse Dave Stewart de monter sur scène. Le duo, annoncé par l'acteur Forest Whitaker, qui a introduit « la première dame de France», a été applaudi chaleureusement par une salle comble.

    Pantalon, débardeur et veste cintrée noirs, très sobre, l'ancien mannequin a interprété le succès qui l’a révélée, « Quelqu'un M'a Dit ». S'exprimant à merveille en anglais, notre crooneuse de charme a présenté sa ballade comme «une petite chanson française, très bien pour danser, et très bien pour rêver».

    Carla Bruni-Sarkozy a ensuite entonné un classique de Bob Dylan : « Blowin in the Wind ». Et je peux vous dire, mes amis, qu’avec son timbre plus grave et rauque qu’à l’habitude, la ravissante First Lady essayait de cacher son trac et les trémolos de sa voix.

    RépondreSupprimer
  2. Suite de cet article culte :

    Son compagnon de scène, Dave Stewart, avait d’ailleurs affirmé la veille au Telegraph que Carla était très «excitée» et «nerveuse». «Elle pense que cela va être formidable et il lui tarde d’y être», avait ajouté l’ex-moitié d’Annie Lennox, pour se rattraper.

    Ses cheveux dans le vent, Carla n’en menait pas large. Mais ses mélodies interprétées avec humilité et émotion ont conquis la salle, surtout un certain Nicolas Sarkozy, installait dans les premiers rangs. Le Président était en admiration devant son épouse. Il a suivi sa prestation avec une joie non dissimulées et l’a applaudie à tout rompre.

    Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari... Mais Nicolas Sarkozy n’a pas résisté longtemps aux velléités humanitaires de sa dulcinée. Quel bonheur pour notre showgirl retirée de faire se rencontrer son éternelle passion pour la musique et son nouvel engagement socio-politique.

    Plus qu’un concert, c’était un hommage et une œuvre en faveur de la mémoire collective auxquels il s’agissait de participer. 46664 fut le numéro d'immatriculation du prisonnier Nelson Mandela (incarcéré 27 ans pour s’être opposé au régime ségrégationniste) et c’est aujourd'hui une œuvre de charité mise sur pied pour lutter contre le SIDA, le cheval de bataille de Carla.

    Le temps d’une soirée, notre belle engagée a côtoyé des personnalités comme Susan Sarandon et Matt Damon, partagé l’affiche avec une kyrielle de vedettes américaines et africaines comme Aretha Franklin, Queen Latifah, Cyndi Lauper (grande fan de notre rockeuse de l’Elysée), Jesse McCartney, Josh Groban et Wyclef Jean, Alicia Keys ou encore Will.i.am des Black Eyed Peas. Elle a rejoint Stevie Wonder, pour le Happy Birthday repris en chœur.

    Carla la militante a retrouvé la joie des répét’, la chaleur des backstages et le son des basses qui la faisait vibrer… Et si son élégance et sa distinction force la comparaison avec Jackie Kennedy, c’est à Madonna et à Angelina Jolie, qu’on a pensé, cette fois ci.

    http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/regardez_carla_bruni-sarkozy_belle_de_scene_183998#

    La phrase que je préfère dans cet article culte :

    « Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari… »

    Je pleure de rire !

    RépondreSupprimer
  3. VIOLENCES+VOL :
    Ceci est une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards en attendant de trouver enfin un avocat qui réglera ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse et plagiat, par une grosse pouffe, vulgaire et ridicule et qui passe à la télé, de mes petits textes web.

    Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !

    blog etc - nina

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.