18 juin 2010

De De Gaulle à Sarko : deux visions de la Gaule


Aujourd'hui, on assiste à des célébrations dans tous les sens pour les 70 ans de l'Appel du 18 juin.

C'est bien. On ne rappelle jamais assez les dates historiques, on ne regarde jamais assez en arrière, pour voir le chemin parcouru, pour se souvenir des valeurs essentielles de notre pays.

Pour les jeunes, sans jouer les anciens combattants, c'est important : combien de fois je surprends mes élèves en flagrant délit d'ignorance et de pédalage dans la semoule ! Le Général De Gaulle se transforme en Pétain, Pétain devient résistant, les tours jumelles de New-York se sont effondrées un 11 novembre, la fin de la Première Guerre Mondiale a eu lieu sur les plages Normandes, avec un soldat nommé Ryan.

Alors, il n'est pas inutile de commémorer.

Aussi on ne peut pas vraiment être surpris d'entendre une radio publique diffuser toute la journée des émissions sur le thème.

Par contre, on est en droit de rester sur le cul de voir Sarkozy récupérer l'événement.

En effet, cet acte fondateur de la résistance a permis la création, à la fin de la guerre, au Conseil de la Résistance. La sécurité sociale, la solidarité, c'est l'héritage de cet appel du 18 juin. Les retraites par répartition, aussi.

Mais pourquoi donc Sarkozy se raccroche-t-il toujours à cette histoire-là en particulier ? On se souvient de Guy Moquet et de sa lettre, on se souvient que ce jeune homme était communiste, qu'il avait une vision du monde complétement opposée à celle de notre président. C'est pareil pour l'appel du 18 juin.

On peut se demander s'il ne connaît pas que cela, de l'Histoire de France.

On peut surtout se demander s'il ne se contente pas de coups de com' complétement bidons. Comme d'habitude.

En tout cas, si ces commémorations pouvaient donner des idées aux Français...Si une sorte de résistance aux réformes s'organisait...

Ces réformes qui vont à l'encontre de la philosophie du Conseil de la Résistance...

(Ah oui, au fait...un des objectifs du Conseil de la Résistance, c'était l'indépendance des médias vis-à-vis de l'argent...)

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

  1. Vos élèves vous ressemblent, en fait...

    RépondreSupprimer
  2. Ils mélangent tout. C'est au moins le début de quelque chose...

    RépondreSupprimer
  3. Par exemple, Didier, le début d'une explication d'un autre point de vue, que je serais ravie de lire sous votre plume...

    Sarkozy est donc le légitime héritier de De Gaulle, selon vous ?

    Expliquez-moi, je suis votre élève ignorante ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Ah, non, ça, il y a une chose certaine, c'est que Sarkozy n'a rien à voir avec De Gaulle !

    Pour le reste, comment dire...

    Je crois que vous ne savez à peu près rien, et, du coup, je me demande ce que vous pourriez apprendre aux absolus crétins que l'on vous balance entre entre les pattes.

    De plus, vous n'oserez jamais leur apprendre ce qu'il refusent d'apprendre (Shoah, etc.), et encore moins du fait que vous-mêmes êtes totalement ligotée par ce que vous croyez savoir.

    Bref, je suis ravi de n'avoir pas d'enfant, sinon il me faudrait les remettre entre les bras d'imbéciles incultes issus de l'Éducation nationale dans votre genre genre...

    (Et je ne dis rien contre vous, personnellement : il est possible,après tout, que vous soyez un professeur intelligent...)

    RépondreSupprimer
  5. je ne suis pas prof d'histoire. Je me contente de leur apprendre des poèmes et de leur faire lire des grands textes...Quand vous serez bien vieille...Mignonne, allons voir si la rose...De l'horrible danger de la lecture...

    Pour la Shoah, je ne vois pas en quoi ils refuseraient d'apprendre ça, mes "crétins" d'élèves...(qui sont seulement ignorants, pas plus idiots que des éduqués de centre ville...)

    On peut lire Si c'est un homme de Lévi, avec ces "crétins" là...

    Mais, Didier, vous dites que je ne sais rien et je ne demande qu'à apprendre...Apprenez-moi, au lieu d'être méprisant...

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas méprisant. Ni envers vous, ni même envers vos élèves.

    Je pense juste que vous êtes foutus, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  7. Pas méprisant, juste un peu condescendant...Vous n'êtes pas foutu, vous ?

    Il faut que vous expliquiez ! Je pense un peu la même chose, de toute façon...mais pas forcément pour les mêmes raisons...alors votre point de vue m'intéresse. Sincèrement...

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  9. @CyCee : On ne peut qualifier l'appel du 18 juin comme un acte fondateur de la résistance, et ce, parce qu'il ne fut entendu que par peu de monde et parce qu'il n'était pas un appel destiné aux civils, mais aux militaires.

    Ceci dit, le fait que Sarkozy récupère l'évènement n'a rien d'étonnant. Avant lui, les autres ne sont pas gênés pour en faire de même.

    Nous n'avons toutefois pas atteint le niveau de démence médiatico-politique atteint lors des commémorations pour la mort de Lazare Ponticelli.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Edelihan,
    Il y a certes ce que cet appel voulait et ce que l'histoire en a fait. Aujourd'hui, on peut bien le considérer comme le début de la résistance, rétrospectivement...

    Par exemple, quand, au début de son mandat, Sarkozy a pris des vacances sur un yacht, il voulait juste prendre des vacances. Mais c'est vite devenu l'acte fondateur du bling-bling...L'intention de l'auteur est une chose, mais ce que ça devient ne lui appartient pas !

    Ah oui ! Lazare...Alors Sarkozy ne récupère que des événements du XXème siècle. Pas seulement la résistance. Aussi les anciens combattants de la 1ère Guerre...Je ne sais pas si c'est bon signe.

    Je ne sais pas non plus quelle conclusion en tirer. Je ne sais pas d'ailleurs s'il y a une logique derrière cela...En tout cas, sur la résistance, il multiplie vraiment les symboles : n'oublions pas qu'il va chaque année sur le plateau des Glières, aussi...

    Drôle de type, ce Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  11. Tiens, mes élèves aussi ignoraient tout de "l'appel", j'ai pourtant le souvenir d'élèves très engagés il n'y a pas si longtemps mais il semble que le désintérêt ait gagné aussi les jeunes pousses, c'est bien dommage tout de même.

    Quant à la récupération, ma foi, plus rien n'est étonnant de ce côté-là, à force.

    RépondreSupprimer
  12. En voyant le drapeau sur la façade du collège: nos chers chérubins se sont exclamés "Pourquoi qui zont mis l'drapeau on a perdu c'est trop tard"!

    RépondreSupprimer
  13. République irréprochable ? Les 18 affaires qui contredisent Sarkozy.

    http://sarkofrance.blogspot.com/2010/06/republique-irreprochable-les-18.html

    RépondreSupprimer
  14. Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, le 4 mars 2010 :

    http://www.mediapart.fr/journal/france/210610/affaire-bettencourt-trois-cheques-trois-questions

    Cet enregistrement sonore est hallucinant.

    Un chèque pour Valérie Pécresse.

    Un chèque pour Eric Woerth.

    Un chèque pour Nicolas Sarkozy.

    Comment on dit ?

    On dit : "Merci madame. Vous n'aurez pas affaire à des ingrats."

    RépondreSupprimer
  15. ça sent le sapin tout ça, ou bien la Cagole, mdrrr

    RépondreSupprimer
  16. C'est vraiment l'enterrement du gaullisme...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.