25 novembre 2010

La neige fait écran...

En novembre, il se met à neiger et cela fait la une du 20h.

Il y a quatre flocons et la France médiatique est bloquée.

Comme de la neige sur l'écran...


Cela fait de belles images : des paysages tout blanc, un rayon de soleil, quelques gamins aux joues rouges qui crient et se jètent des boules de neige. C'est bucolique. Pour faire un peu info, quand même, on évoque la possibilité des aéroports bloqués.

Il ne faut pas stigmatiser les médias. Surtout pas. Les journalistes, c'est comme les fonctionnaires, il y en a des biens. 

Mais je suis quand même assez d'accord avec Mélenchon quand il pousse ses fameux coups de gueule "populistes" pour dire que les journalistes évitent de parler des sujets qui fâchent.

Sarkozy s'est donc fendu d'une argumentation digne d'un 3ème de collège de banlieue, pour se défendre des soupçons liés à l'affaire Karachi : "Non, mais M'sieur l'principal, voyez, c'est comme si je disais que vous fumez du shit en cachette dans votre bureau : c'est pas vrai, mais on pourrait dire ça comme ça sans preuve, eh ben là, c'est pareil : le stylo, dans le dos de la prof d'anglais, c'est pas moi qui l'ai planté !"...

Un élève de troisième, en plus, jamais il n'irait jusqu'à accuser le principal de pédophilie, comme ça, de but en blanc. Il l'écrirait avec des fautes, peut-être, mais il ne le dirait pas.

Mais bon, tout ça a marché : les journalistes se sont dit que c'était pas juste d'accuser avec si peu de preuves. Que la parole du chef était plus sûre et qu'il fallait mieux faire confiance à celui qui a le pouvoir.

Le principal, des fois, il a les chocottes, avec certains 3èmes qui font de la boxe le mercredi et qui ont des grands frères...

Donc, Karachi, on n'en parle plus. On fait comme si...

Et à la place, on sort le marronnier de saison : la neige en hiver...

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Elle tombe bien, en effet, cette neige.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. Je vous trouve un peu sévère avec les élèves de 3ème, dont le niveau d'argumentation est tout de même un peu plus avancé. Le public ici délibérément visé était celui des élèves de 6ème, à travers le mot "pédophile", qui fait partie du vocabulaire des cours de récré (en 3ème ils utilisent déjà couramment, "psychopathe").

    RépondreSupprimer
  3. Mais je l'ai pas encore vu cette neige !!!

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,

    @dadavidov : c'est flippant, ça !

    @Zette : toute la journée, ici : mais elle ne tient pas, pour l'instant...Pourvu que ça dure ! (et non pas que ça durcisse !)

    @Luc : Certes. Mais j'enseigne dans un collège très défavorisé...

    @balmeyer : elle est dans l'Est et sinon, à la télé...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.