26 août 2011

Ni Coca, Nicolas...

Image trouvée sur FaceBook
Je n'ai pas vraiment compris : si je vais, par exemple, au bistro. Mettons. Que dois-je faire, dans le but de sauver les finances de la France ?

Je prends un whisky-coca ? Deux whiskys-coca ? Dix ? Bon. Mettons. Je sauve la France, mais pas mon foie. Mais ça tombe bien : les mutuelles ont augmenté aussi, donc, je sauve doublement les finances de la France. Surtout si je me mets à fumer.

Mais on nous le répète depuis des années : être malade ruine la Sécurité Sociale qui n'a pas besoin de ça.

L'un dans l'autre...

Oui, mais ce que je sauve aujourd'hui, peu importe si je le détruis plus tard. C'est une politique à court terme. Ah ! Dit comme ça, c'est déjà plus clair. Ce plan, c'est pour rassurer les marchés, de toute façon, ça ne durera pas (ça, on en est sûr pour la tranche d'impôt supérieur : dès que la dette aura atteint les 3% du PIB, on revient aux chèques cadeaux, comme avant. Pour les trucs de pauvres, on verra plus tard...)

Dans le même temps, il se peut que très rapidement, je ne puisse plus acheter de whisky, de coca ou de cigarette, manquant d'argent. Mon salaire n'est pas aussi grand que la dette de la Sécu.

Et en plus, pour sauver la France, il sera encore plus riquiqui, mon salaire, à cause d'un tour de passe-passe passé presque inaperçu : la CSG va augmenter, sans augmenter, tout en augmentant.

Vous suivez ?

En fait, c'est très simple : la CSG, c'est 7,5% de chaque salaire aujourd'hui, mais ce n'est pas calculé sur 100% des salaires. En effet, à l'époque, Rocard avait prévu un taux d'abattement. Aujourd'hui, c'est en fait 7,5% de 97% des salaires qui est prélevé.

Vous suivez toujours ?

Alors voilà, dans la discrétion absolu et sous couvert de plan com' axé sur la hausse des impôts des plus riches, le gouvernement a décidé de relever l'abattement d'un point : ce sera 7,5% de 98% de notre salaire qui nous sera désormais prélevé. A l'insu de notre plein gré, comme dit l'autre.

Et vous savez quoi ? Si la hausse des impôts pour les plus fortunés représente 200 millions, la hausse déguisée de la CSG représentera 600 millions...

Les salariés - vous et moi-, rien qu'avec cette manip. passée inaperçue, payeront 3 fois plus que les riches mis en tête de gondole...

On sera bien obligés de se mettre au régime : on n'aura pas les moyens de faire autrement. Mais finalement, est-ce bien logique ? Si on a plus de sous pour consommer, comment la société de consommation pourra-t-elle redémarrer ?

C'est le problème que rencontrent les supermarchés Wal-Mart, en ce moment...

Le système se mord la queue...

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Merci pour les explications.J'adore le montage photo!
    Ceci étant,tant qu'on reste dans ce système,de quelques façons que ce soit,ce seront toujours les même qui trinqueront!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Didier
    Le dessin n'est pas de moi, je l'ai trouvé sur Internet...D'ailleurs, si son auteur passe par là et qu'il a une référence, une signature ou une récrimination, qu'il n'hésite pas...C'est un très bon dessin !

    Et sinon : trinquer au coca, c'est vraiment...beurk !

    :)

    RépondreSupprimer
  3. Le dessin est de Chrib, tu peux aller voir sur Facebook, il fait beaucoup de dessins de presse ! =)

    RépondreSupprimer
  4. Tout ça est vrai. Il faut absolument abandonner et jeter aux orties le modèle néo-libéral.

    Qui le propose avec un programme cohérent et qui nous propose des objectifs positifs et non pas des listes de chiffres de dettes, de ceci de cela :

    Le Front de Gauche et Jean-Luc MELENCHON.

    Prenez connaissance de ces séances de culture populaire (=éducation civique) que sont ses meetings.

    A voir sur son blog. Vous en apprendrez de belles, comme les deux traités qui vont être votés le 21 février et début Mars, à l'insu de notre plein gré. Edifiant !

    "Si vous pensez être trop petit pour changer quoique ce soit, demandez-vous si vous dormiriez avec un moustique dans la chambre"

    Cordialement

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.