5 septembre 2011

En moyenne, ceux qui votent, ce sont les vieux

Aujourd'hui, c'est la rentrée des élèves.

On entend alors parler de classes surchargées.

Le ministre de l’Éducation Nationale est venu nous expliquer l'autre matin que selon les moyennes de ses propres chiffres, il y avait un adulte pour 25 élèves dans notre beau système éducatif, presque aussi beau que celui de la Grèce, le dernier d'Europe.


Luc Chatel par franceinter
 
En effet, Luc Chatel prend le chiffre total de tous les adultes travaillant pour le ministère, on ne sait même pas s'il retranche les chefs d'établissement, les secrétaires du rectorat, les inspecteurs d'académie, les surveillants, les femmes de ménage et les cuistos de la cantine, et il divise ce chiffre par le nombre d'élèves. Un chiffre d'élèves qui, d'ailleurs, n'est pas le même à chaque fois. Et cela fait une division de patates et de carottes, une moyenne improbable de 25 élèves par classe. J'exagère à peine, tellement c'est gros...

Soit.

En fait, la France a le taux d'encadrement scolaire le plus faible de l'OCDE.

Le nombre d'enseignants pour 100 élèves-étudiants est de seulement 6,1, selon le Centre d'analyse stratégique. La proportion de professeurs en primaire et à l'université est insuffisante.

La France a le taux d'encadrement (nombre d'enseignants pour 100 élèves-étudiants) le plus faible de l'OCDE, selon la note de synthèse «Tendances de l'emploi public» de février 2011 du Centre d'analyse stratégique (CAS).

Mais de toute façon, on s'en fout. Comme je vous le suggérais dans mon dernier billet, Luc Chatel ne s'adresse pas aux parents d'élèves qui ne votent pas, pour leur majorité, faisant partie de la tranche des 25-45 ans qui ne croient plus à la politique. Il ne s'adresse pas non plus aux profs, qui sont de gauche, par tradition, voire au Modem, par embourgeoisement. Il ne s'adresse évidemment pas aux élèves, dont il n'a que faire.

Il s'adresse aux vieux qui sont bien les derniers à voter et, le plus souvent, à voter à droite. Par conséquent, pour les vieux, 25 ou 30 élèves par classe, ça n'a pas d'importance. D'abord, parce qu'ils se foutent de l'éducation comme de leur premier dentier. Mais aussi parce que de leur temps, quand ils étaient jeunes, pour passer le certif, ils n'étaient pas 30, ni même 35 par classe. Ils étaient 40 ou 45 et tout filait droit, je peux vous le dire.

Si vous croisez la dame avec son petit chien, dans l'ascenseur, ou le petit Monsieur avec sa canne, entre la pluie et le beau temps, glissez leur un mot de tout ça, vous verrez..."De mon temps, ça marchait, même avec 45 élèves par classe. L'instituteur savait nous faire filer. Et finalement, on arrivait bien à avoir son certif." Ou pas. Parce que l'école s'arrêtait à 12 ou à 14 ans et que tout le monde ne présentait pas son certif. En plus, il y avait du travail, et ça n'avait pas beaucoup d'importance.

CC

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.