8 février 2012

Annualisation et globalisation

Annualisation et globalisation. Voilà les deux gros mots. 

Le candidat qui ne l'est pas encore a lâché ses sbires. Le premier qui passe à l'attaque est Luc Chatel et la guerre est déclarée.

C'est un article de L'Express qui nous explique cela.

Visiblement, les heures données aux établissements seront globalisées et non plus fléchées comme c'est le cas actuellement. Cela laissera plus de liberté aux chefs d'établissement, mais cela permettra plus de suppression de postes. Un exemple concret : cet après-midi, nous avons eu les prévisions pour l'année prochaine. Nous avons perdu plus de 55 heures par rapport à l'année dernière, mais une seule classe, finalement. Ce qui n'est pas logique, puisque une classe représente environ 25 heures. Nous perdons donc réellement environ 30 heures. Si le principal est libre de faire ce qu'il veut avec ce volume d'heures, pour arranger le coup, il pourra supprimer une deuxième classe. Cela gonflera les effectifs des autres classes, mais nous pourrons fonctionner.

En fait, je pense que le rectorat nous proposera une solution de ce genre, dès cette année...Donc, concrètement, la conséquence, ce sera moins de classes dans les établissements, mais des classes plus chargées. Comme à certains endroits on est déjà à plus de trente, ça va finir par être difficile de trouver des chaises pour tous les élèves...

Pour l'annualisation, c'est une autre histoire. C'est au statut des enseignants qu'on s'en prend. Et ça, c'est une cible facile, puisque tout le monde nous déteste déjà et pense qu'on est réellement privilégiés. Pour l'instant, nous travaillons et nous sommes payés 10 mois (lissés sur 12). Nous sommes recrutés à bac + 5, à la suite d'un concours difficile et nous sommes payés plutôt mal. Notre pouvoir d'achat n'a cessé de diminuer depuis le début des années 80. Les certifiés effectuent 18 heures de classe devant les élèves et on considère qu'il faut une heure de préparation pour une heure de cours. Soit 36h.

Si l'on globalise, il y a des chances pour qu'on nous oppose à l'opinion en disant juste : "18h par semaine, qui peut se permettre ça, aujourd'hui." Sans compter les vacances et la sécurité de l'emploi. Alors on va nous passer à 35 h - devant les élèves ? -, comme tout le monde. Mais sur l'année. Avec flexibilité, et tout le bazar libéral habituel. Mais sans toucher à notre salaire de privilégié, évidemment.

Bref, on va se faire bananer dans les grandes largeurs sans pouvoir rien dire sans passer pour des râleurs et des fainéants.

Il est proche le moment de ma démission, car il est évident que je n'ai pas signé pour ça...

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. Il n'y a plus qu'à espérer que cette désastreuse présidence se fasse étendre lamentablement dans 2 mois. Sinon, j'émigre !
    Attaquer l'école avec des économies de bouts de chandelle est ce qu'il y a de plus imbécile.

    RépondreSupprimer
  2. La bonne nouvelle c'est que ce sont des projets "en l'air" !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    @Anonyme : oui...c'est de pire en pire...

    @Majic : il FAUT gagner ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour...

    Je suis enseignant en lycée professionnel et il serait juste de préciser dans votre article que la gauche (depuis les propos de S Royal en 2007) a exactement le même projet dans ses cartons.
    Nous allons bien voir ce que Hollande en retient, mais sur ce point, seul F. Bayrou défend réellement les enseignants : http://www.bayrou.fr/article/francois-bayrou-presente-ses-30-orientations-pour-leducation

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour J Meyer,

    Pour l'instant, nous avons d'un côté quelqu'un qui promet au moins de limiter la casse en n'appliquant plus cette loi stupide du non remplacement d'un professeur partant en retraite sur deux, et de l'autre quelqu'un qui n'a aucune chance d'être élu...

    :)

    RépondreSupprimer
  6. Tout ça me démoralise. Je pense de plus en plus sérieusement aussi à mon plan B de carrière.

    RépondreSupprimer
  7. ça me désespère... je partage ton article, des fois que...

    RépondreSupprimer
  8. soleil d'hiver9 févr. 2012 à 21:36:00

    Un petit détail : nous sommes payés pour 36 semaines de travail : cela ne fait pas 10 mois !!!
    En fait, si tu comptes tes semaines de cours, tu constateras que tu n'as à peine qu'une semaine de congés payés (suivant quand tu finis)... soit moins que le droit du travail !
    Et les 18h x 36semaines = 648h de face à face élève n'ont pas baissé quand on est passé à 39h/semaine puis à 35h/sem .... + 5 semaines de congés payés.
    Dans mon établissement, pour compenser les postes non pourvus par l'état et faire que les élèves aient quand mêmes les heures fixées par de même état, nous sommes annualisés : en gros on travaille bénévolement en juin/juillet (fin du bac vers mi-juillet) et un plein-temps représente 22h de cours x 2 pour les préparations et corrections = 44h/semaine ...

    RépondreSupprimer
  9. soleil d'hiver a raison (bien que je ne comprenne pas bien son calcule de l'annualisation), mais même une heure de cours = 2 heures de travail, ce n'est pas assez : 1 h de préparation, + les copies à corriger (selon les matières),+ les réunions et conseils, plus tous les trous dans l'emploi du temps … !
    Ceci dit, dans d'autres pays (Allemagne, Hollande), les professeurs sont tenus à remplacer des collègues absents dans les trous susdits, et ce sans comptabilité particulière en vue d'un dédommagement quelconque.
    Le vrai problème, c'est que depuis des années et des années, si quelque chose ne marche pas à l'école, c'est la faute à ces profs "qui se la coulent douce, avec toutes leurs vacances etc. " Et pourquoi, alors, les vocations se font rares ? Qui a cassé le statut, l'image de l'enseignant ? Les Ministres, dont chacun veut y aller avec sa réforme et dont (presque) aucun ne connaît quoi que ce soit à l'école, à la pédagogie, à la responsabilité de ce métier, à la fatigue aussi, car l'investissement, ne serait-ce que physique, est celui d'un sportif en compétition. Que les râleurs deviennent enseignants, pour voir ce qu'est, sur le terrain, ce "métier de privilégiés" !

    RépondreSupprimer
  10. Bon, pour qui douterait encore des positions de Hollande :
    Autre cheval de bataille du candidat PS: la réforme des rythmes scolaires. Il prévoit donc un d’allonger «le temps scolaire sur l'année et sur la semaine
    La preuve ici :
    http://www.20minutes.fr/presidentielle/876970-hollande-passe-grand-oral
    CyCee ? La différence avec l'UMP pour les profs ? N'y a-t-il pas la preuve définitive cette fois de ce que je dis depuis des mois et des mois aux enseignants ? Toujours envie de voter pour Hollande ?
    Désolé, mais seul Bayrou a à coeur votre sort. Et ce qu'il propose pour l'école est cousu du bon sens.
    Je ne sais pas si Bayrou peut gagner, mais plus son score sera haut, plus la gauche sera contrainte de composer avec son programme (il est très peu probable qu'il s'allie avec l'UMP s'il ne gagne pas).

    RépondreSupprimer
  11. Ah Bayrou est le Messie et d'ailleurs l'éducation Nationale ça le connait puisqu'en temps que ministre de l'éducation nationale de Balladur, il avait réussi la gageure de mettre plus 1 million de manifestants dans les rues en janvier 1994.

    Aller à voir ici : http://perdre-la-raison.blogspot.com/2012/01/francois-bayrou-et-le-syndrome-du.html

    Alors les leçons, ça sera pour plus tard je crois.

    No more comment

    RépondreSupprimer
  12. soleil d'hiver11 févr. 2012 à 13:21:00

    @ wal : je suis totalement d'accord que 1h cours > 2h de travail "réel" ... mais c'est le calcul qui est pris en compte dans mon bahut... ou plutôt son inverse : 1h payée ne correspondant pas à du face-à-face (ex. responsabilité labo) = 2h de "vrai" travail (le tout avec plein de guillemets, bien sur)
    Quand à l'annualisation, regardes bien, c'est juste un produit en croix : tu sais que tu est payé 18h pour 36 semaines de cours (soit moins que 10 mois) : 18x36 = 648h, plein temps de cours. Si on considère que tu n'as les élèves que 29 semaines, tu dois faire 18x36/29 = 22,3h de cours /semaine...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.