12 mars 2012

Les trentenaires et l'assistanat

Repas de famille, entre les frères et sœurs, beaux-frères, belles-sœurs, tous trentenaires.

Tous ont réussi à peu près à se caser professionnellement, au terme, soit de longues études, soit de concessions énormes, quant aux horaires et aux conditions de travail.

On ne devrait pas, mais on se met à parler de politique. Et au bout de quelques secondes, ce qui ressort, c'est que la gauche, c'est l'assistanat : on donne du fric à des cons qui en profitent et qui ne veulent pas bosser, c'est dégueulasse...

J'ai beau tenter d'expliquer qu'il n'y a pas de travail et que les formations de Pôle Emploi ne mènent à rien, je sens bien que je ne fais pas mouche. Je suis meilleure à l'écrit qu'à l'oral...Quelle professeur lamentable je fais...

Pourtant, ils sont nombreux les exemples de ces femmes (plus touchées par le chômage), qui perdent leur emploi ou qui n'en retrouvent pas après une grossesse. Par exemple, quelqu'un avec un BTS commerce/gestion, qui a enchaîné des petits CDD, pendant des années. Que se passe-t-il lorsque le dernier contrat à durée déterminée ne se renouvelle pas ? On va lui proposer, à Pôle Emploi, des jobs ne correspondant pas vraiment à sa formation initiale : par exemple, dans la grande distribution, pour mettre en rayon, pour le SMIC et souvent, même pas à temps plein, ou à 80% pour faire le ménage en service hospitalier, à 20km de chez elle...

Il y a des chances pour que la personne, si en plus, elle est mère de famille et pieds et poings liés par un prêt immobilier à rembourser, réfléchisse à deux fois avant d'accepter un boulot mal payé, avec des horaires variables et décalés, qui va l'obliger à engager une nounou pour ses enfants et lui occasionner des frais de transports. Il lui sera en effet plus "rentable" de "profiter" du chômage, voir du RSA, si elle en est bénéficiaire.

C'est finalement quelque chose qui pend au nez de tous ceux qui n'ont pas la chance d'être fonctionnaire...Privilège des privilèges, je sais...

Mais ce n'est sans doute pas les aides sociales qu'il faut remettre en cause dans ces cas nombreux, car vivre avec quelques centaines d'Euros par mois est loin d'être satisfaisant. C'est bien le manque d'emploi et la rémunération sous-évaluée du travail qui posent problème.  La balle est dans le camps des patrons...

Il y a de quoi avoir le blues.

CC


Rendez-vous sur Hellocoton !

24 commentaires:

  1. Moi, j'ai une famille de gauchistes, nananère...

    RépondreSupprimer
  2. Comme quoi les éléments de langage, à force de rabâchage, finissent par faire leur petit effet...
    Il y a de quoi avoir le blues, oui, la rage au ventre pour changer tout ça !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour !
    @Nicolas : on ne choisit pas sa famille ! Mais je les aime quand même !

    @MAJiCWoofy : oui, c'est désespérant...Ne baissons pas les bras...

    RépondreSupprimer
  4. ah ! voila! Tu constates comme moi que quand on cause avec de vrais gens dans la vraie vie cette élection se présente plutôt mal, voire très mal. alors les lefts blogs pourquoi continuez vous à essayer de croire et de faire croire que c'est gagné. Parce que ça ne l'est pas et, à mon;
    humble avis, le PS aurait légèrement intérêt à revoir sa stratégie.

    Perso, j'ai renoncé à essayer de faire entendre quelque chose, parcequ'il semble que Cassandre soit tenue pour responsable des évènements qu'elle prédit, si je commente c'est juste parceque c'est chez toi
    bises

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Olympe,
    Pour moi, c'est une évidence, rien n'est gagné d'avance...2002 nous l'a bien montré...D'ailleurs, il y a quelques jours, j'écrivais ça : http://www.bahbycc.com/2012/03/la-peau-de-l.html

    Cependant, je trouve que le programme de Hollande va dans le bon sens. Il va falloir beaucoup communiquer, contre la machine de guerre de l'UMP...Proposer des idées concrètes et fortes...Il reste une quarantaine de jours...
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Alors tu leur expliqueras à ta famille : je suis une fille de 30 ans, sans enfant, donc à priori disponible pour travailler et sans contrainte. J'ai fait une formation pour me reconvertir et trouver rapidement un travail ( domaine où soit disant on recrute) j'ai énormément de mal à trouver un travail ( payé au smic) car... je n'ai pas assez d'expérience ! En ce moment, je travaille à temps partiel, c'est tout ce que j'ai trouvé ( dans le public, là ou l'on veut bien de moi, en cdd), et pas pour rester le reste de la semaine à glander chez moi parce que je suis une fainéante...Mais parce que je n'ai rien d'autre... Une situation stable, où je peux faire des projets, je n'y ai même pas droit, alors, s'il y a des travailleurs pour m'envier, ok, échangeons donc nos situations....
    Dis leur aussi, que je ne pars jamais en vacances, et que le peu d'argent que j'ai encore, je le mets de côté, en prévision de coup dur... Ca me révolte que l'on puisse dire que je suis une profiteuse, moi qui n'est pas de loisirs et pas d'avenir pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage...Et bonne chance pour la suite...

      Supprimer
  7. Lorsque l'on a de l'expérience, il peut s'avérer très difficile de trouver un travail et encore plus un qui ne soit pas payé au SMIC ! Alors lorsque l'on doit se re-former (en trouvant miraculeusement un financement parce que c'est cher les formations et qu'en plus on doit bien vivre), on se retrouve à trimer encore plus pour essayer, je dis bien essayer, de décrocher un travail, parce que oui, on est du coup sans expérience dans le nouveau domaine et les entreprises ne prennent plus que des stagiaires ou avec minimum 2 ans d'expérience (implicite dans les annonces...)

    Rejeter toute la faute sur les chômeurs et les demandeurs d'emploi en les faisant culpabiliser sur leur situation (c'est de votre faute, vous ne voulez pas travailler alors qu'il n'y a pas de travail), c'est aussi et avant tout un moyen de ne pas remettre en cause le rôle des entreprises et du gouvernement dans cette crise...
    Parce que oui, il y a bien une crise de l'emploi en France !

    Et c'est là que j'en veux aux hommes politiques et aux médias, car c'est à cause d'eux que l'on entend après ce genre de discours dans la rue ou autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Et en plus, Sarkozy propose un référendum sur le sujet, pour être sûr de bien cliver...

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Eh oui...Mais la com' sarkozyste est efficace, aussi...

      Supprimer
  9. "Tous ont réussi à peu près à se casser professionnellement..." !!!

    euh ! lapsus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oup's ! Oui, en effet ! Merci Claribelle, c'est corrigé !

      Supprimer
  10. Je constate avec plaisir et soulagement que le reste de votre famille est saine ! Donc, rien n'est perdu pour la descendance : c'est une excellente nouvelle…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma descendance sera aussi saine que la vôtre...

      Pas d'aides publiques, donc, pour vous ? Jamais ? Si vous êtes malade, vous vous faites un point d'honneur à n'avoir pas recours à la sécu ? Si vous êtes au chômage demain (la presse écrite va mal, paraît-il...) vous jurez que vous ne toucherez pas le chômage ?

      Fontaine, je ne boirai pas...

      Supprimer
  11. Je me demande d'autre part par quel miracle on est, chez vous, ici même, le mardi 12 mars, alors que chez moi on n'est que le lundi 12 mars. C'est bien d'être progressiste, en avance sur son temps, etc., mais il ne faudrait pas en abuser.

    RépondreSupprimer
  12. La mienne est forcément plus saine que la vôtre puisqu'elle est restée sagement dans les limbes…

    Pour le reste, calmez-vous ! je n'ai aucune envie de discuter des bienfaits de l'assistanat étatique ni des miracles du libéralisme. De toute façon, il s'agit là d'un point de détail, comme dirait l'autre. La question prioritaire me semble être : souhaitons-nous maintenir ce qui peut encore être sauvé de cette civilisation (et qui a engendré notre opulence actuelle) ou acceptons-nous sans réagir la tiers-mondisation en cours ?

    Le reste, les questions d'intendance, viendront ensuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour votre descendance, je le sais. La mienne aussi, est dans les limbes et c'est bien pour ça que je me suis autorisée la comparaison.

      Je suis calme ! Je sais bien que pour vous, ce qu'il y a derrière le mot "assistanat", ce sont "les étrangers qui viennent piquer le pain des français..." mais ce n'est pas de cela que je parle. Je parle d'un système qui a marché jusqu'au moment où on a décidé de ne plus rémunérer le travail pour reverser les bénéfices à des fonds de pensions. On préfère chouchouter les vieux de la génération qui a déjà tout eu. C'est un choix de société...

      Supprimer
  13. La génération "qui a tout eu" ? Ce n'est pas faux, en effet. Ma génération (mais encore plus la précédente) n'a pas "tout eu", mais nous fûmes plus gâtés que vous. Et le pire, voyez-vous, c'est que si cette société va devenir de pire en pire, ce sera également, en grande partie, de la faute de ma génération – mais encore bien plus de celle qui est venue avant, qui a instillé dans les cerveaux les poisons que vous tenez désormais pour des vérités éternelles et qui, immanquablement, vont vous détruire. (Je dis "vous" car, moi, j'aurai la chance d'être mort déjà, lorsque ces choses deviendront réellement dramatiques.)

    Pour ce qui est de l'immigration incontrôlée de masse, vous pouvez, si vous le voulez, caricaturer ce que je dis, ça ne changera rien aux faits. Il suffit d'attendre encore un peu. Et de voter Hollande pour accélérer un peu le processus…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse qu'on tombe d'accord. Evidemment, comme vous avez profité et que vous serez mort bientôt (le plus tard possible, bien sûr...), vous ne ressentez pas l'injustice comme moi.

      Pour l'immigration, je suis sûre d'avoir entendu Marine Le Pen soutenir que c'est Sarkozy qui en a fait le plus, qu'il y en avait beaucoup moins au début des années 2000 quand la gauche était au pouvoir...Mais j'ai peut-être mal entendu...

      Supprimer
  14. Le fait qu'il y ait eu moins d'immigration dans les années 2000 que dans les années 2010 (et bien moins que dans les années 2020, vous pouvez en être assurée) n'est en rien imputable aux uns ou aux autres, puisque, sur ce point comme sur d'autres tout aussi importants (l'Europe par exemple), la gauche et la droite sont parfaitement en phase. Et c'est bien pourquoi je n'envisage nullement de voter pour Sarkozy.

    (Bon, j'arrête un moment : c'est l'heure du goûter de papy…)

    RépondreSupprimer
  15. Des gens qui abusent d'un système, il y en aura toujours. Ce n'est pas une raison pour jeter le système en entier...
    On peut cependant, je crois, toujours tenter d'améliorer les aides, en repensant régulièrement les critères, pour être bien sûr que cela correspond toujours à une réalité.
    Il est cependant vrai qu'il est difficile d'obtenir une aide... et qu'ensuite le système peut vous inciter à y rester. Auquel cas c'est bien la faute du système et non de la personne qui reçoit l'aide.

    RépondreSupprimer
  16. Pas mieux. Je suis ok, il y a souvent un problème avec les salaires ! Quelques phrases entendues ici et là, qui ont eu le don de m'énerver : http://alisonbing.free.fr/blog/index.php/2012/02/03/%C2%AB-ecris-quand-ca-devient-genant-%C2%BB/

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.