1 avril 2014

Alors on danse

Les jeux de mots avec le nom de Valls sont tellement faciles qu'on va s'en passer. On n'est pas chez Libé et on aura bien assez du Canard demain.

Je ne comprends pas pourquoi le président de gauche tient absolument à draguer un électorat de droite qui ne votera jamais pour lui. Mais c'est sans doute une stratégie politique qui me dépasse : la stratégie de l'impopularité. Peut-on déplaire plus ? La gauche de la gauche crie au scandale, à l'extrême droite au pouvoir, la droite crie au plagiat et a peur de la concurrence...Valls devient l'homme à abattre, trop populaire, trop à droite, trop plein de rodomontades, trop espagnol pour les fachos, trop fachos pour les gauchos...S'en sortira-t-on ?

En attendant le reste du gouvernement, en guettant les fuites éventuelles, je repense au très grand nombre de fois où l'on a entendu, dimanche soir, la phrase qu'on ressort, qu'on époussette soigneusement et qu'on répète inlassablement durant chaque soirée électorale : "Nous avons entendu le message des Français."

Bien que cette phrase comporte quelques erreurs notables (il n'y a pas un seul message, le verbe "entendre" n'est pas forcément synonyme de comprendre, les Français ne sont pas un groupe homogène...), les gagnants comme les perdants la ressassent comme un mantra tous les soirs d'élection, depuis des années. Et le lendemain, tout recommence.

That's politics, folks...

CC


Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. "Je ne comprends pas pourquoi le président de gauche tient absolument à draguer un électorat de droite qui ne votera jamais pour lui." Ben réfléchis. La gauche n'a jamais représenté plus de 45% en France. 36% en 2007.

    RépondreSupprimer
  2. Donc, pour gagner 5%, il faut en perdre 25 ? Logique...

    RépondreSupprimer
  3. L'abstention, aux municipales, c'était beaucoup les gens de gauche (pas forcément d'extrême gauche, d'ailleurs) qui sentent trahis par la politique pas assez à gauche du gouvernement : autant de voix perdues pour la gauche...Et là, Hollande renforce encore ce sentiment en nommant Valls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! Tu tiens un raisonnement : la gauche perd car elle n'est pas assez à gauche en oublient le fait que la France est à droite.

      Supprimer
  4. Jegoun oublie que si la France est à droite c'est à cause des conneries socialistes Après 1945, 30 ans de purgatoire pour Mitterrand et ses casseroles et il a recommencé ce qui a valut des cohabitations. 2012 était une nouvelle chance que les socialistes ont raté, à peine 2 ans et ils ont déjà réussit à écoeurer l'électorat gauche qui dit "bonnet blanc et blanc bonnet autant voter pour l'original que de pâles copies" ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'oublie rien et tu fais des raccourcis. Par exemple si Mitterrabd n'avait pas fait la retraite à 60 ans, nous n'en serions pas là, à chercher des finançants dans tous les sens et la gauche serait au pouvoir en continu. Si Mitterrand n'avait pas fait cette Europe, on n'aurait pas ces emmerdes. Néanmoins, il a fait ces conneries et Hollande en hérite. On fait avec ce qu'on a...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.