4 février 2010

Démocratie : on nous la fait à l'envers

En ce moment, au sénat, ça discute sec sur la réforme des collectivités. Le sénat, souvent, on raconte que c'est un repère de vieux qui ne servent à rien et qui se font une belle paye en dormant sur les bancs pourtant fort inconfortables de la noble assemblée.

D'ailleurs sénat vient du latin senex qui a donné aussi le mot sénile à la langue française. Tout un programme.

Pourtant, il se pourrait bien qu'en ce moment il faille compter sur eux pour que la démocratie fonctionne.

Certes, ils ne sont pas tellement sur les feux de la rampe, les sénateurs. Et pourtant, ils sont de vrais rebelles.

Donc, en ce moment, ça ferraille dur sur la réforme des collectivités : qui doit financer quoi ? qui décide de quoi ? comment répartit-on les budgets ? etc. Des questions capitales qui ne font pourtant pas les titres des journaux mais dont les réponses vont influer sur notre vie quotidienne.

Le problème, c'est que l'État n'en a que faire, des vieux du sénat : la réforme n'est pas encore votée, mais les préfets ont déjà la consigne de faire des conférences de presse pour en faire la promotion.

Ce n'est qu'un exemple de plus : la démocratie n'est qu'une apparence. On annonce les lois avant même qu'elles soient actées, puis on ne promulgue pas les décrets d'application. Ou alors, on décrète des trucs dans la presse sans que les lois soient passées.

N'importe quoi...

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.