7 décembre 2012

Marqueurs de gauche...

Quand on est dans l'opposition, on tape, on tape, on tape. C'est normal.

Quand on est dans la majorité, on cherche les bonnes nouvelles à mettre en avant. C'est normal.

Aujourd'hui, j'ai lu que le déficit de la France avait reculé de 4,8 milliards en un an. Je suis heureuse. Tiens, je vais mettre ça sur le dos des 6 mois de Sarko, tiens, juste pour pas faire fayote de gouvernement.

Donc, grâce à l'action des 6 derniers mois de Sarkozy, le déficit de la France a reculé. Hollande a bien pris le relai, ne gâchons pas notre plaisir, il ne faut pas exagérer quand même.

Cependant, on peut légitimement se demander si l'argent est bien utilisé à des causes de gauche...Pourquoi Dexia plutôt que Florange ?

Tiens, c'est une expression, qui m'interpelle, en ce moment, dans les commentaires politiques : "marqueur de gauche" (vs "marqueur de droite", bien sûr...)

Alors est-ce que sauver la banque d'affaire Dexia est un "marqueur de gauche" ? Cette banque qui a ruiné des dizaines de petites communes en leur faisant des prêts indexés sur le Franc suisse (non mais quelle connerie, quand même...) vaut-elle les 2,585 milliards d'Euros qu'on lui prête, vraiment ?

Sauver des emplois à Florange, tout en donnant un coup de boost à une industrie de qualité qui fabrique de l'acier de pointe que nous achètent les Allemands pour leurs berline de luxe, est-ce que cela n'aurait pas été un beau "marqueur de gauche" ?

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

19 commentaires:

  1. Voilà qui est simple et clair: pourquoi as-t-on sauvé dexia ? j'aimerai savoir pourquoi elle a besoin de fric, alors qu'elle détient des créances , creances certes honteuses .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la première fois que l'Etat est obligé de remettre dans cette banque pourrie, d'ailleurs...

      Supprimer
    2. si Dexia coule, un joli paquet de collectivités locales coulent avec. Je vous laisse imaginer les dégats... locaux.

      Supprimer
    3. Manifestement on ne peut donc pas séparer DEXIA qui marche, du DEXIA qui plante, ni modifier les contrats de prets des collectivités, ni séparer donc les créances pourries..

      c'est l'avis d'experts dans le billet.

      On peut donc se recoucher.


      Supprimer
  2. Je suis l'avocat du diable. Combien d'emplois ont été sauvegardés chez Dexia ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques centaines, comme à Florange...Questions de symbole...

      Supprimer
  3. Un billet qui tue ? Mais pourquoi ? Cf. Une formation en finances publiques :
    1. Dexia, c'est toi et moi : Groupe Arco : 12 %, Holding Communal : 14,3 %, Caisse des dépôts et consignations : 17,6 %, Ethias : 5 %, salariés : 0,6 %, CNP Assurances : 3 %, État français : 5,7 %, État belge : 5,7 %, trois régions belges : 5,7 %, autres actionnaires institutionnels et individuels : 30,3 %
    2. C'est la banque des collectivités territoriales.
    3. Nicolas a raison : c'est bon an, mal an, 23000 emplois.
    Si l'on supprime les recettes des collectivités territoriales ...ça donne le dossier DEXIA.
    Je ne pense pas que l'Etat avait le choix.
    Enfin, vous voyez bien que les campagnes électorales pour 2014 et suiv. sont commencés !
    Vous aimez vraiment les extrêmes droites, elles vous manquent à ce point. Je dis "les" parce que pour moi,l'UMP est/était une extrême droite. Leur but actuel est de diviser la majorité parlementaire, comme eux se sont divisés. L'extrême droite européenne a besoin de Marine Le Pen pour achever la destruction du code du travail et ne laisser aux personnes publiques, que la gestion des services publics régaliens.
    Encore une blogueuse qui va me détester ! :DDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va, je ne déteste personne, moi ! Surtout les gens qui expliquent ! Je parle de "marqueurs de gauche", c'est à dire de communication. 23 000 emplois, vraiment ? Communiquons là-dessus, bon dieu. Et sinon, pourquoi est-ce que le gouvernement n'a pas demandé en contrepartie de cette somme énorme qu'elle donne, que les dettes des petites communes se voient effacer leurs créances énormes qui les mettent au bord de la ruine ? A grand renfort de communication, bien sûr ! La bataille à gagner, c'est celle de la communication. En ce moment, je ne regarde l'info que de loin, parce que je suis occupée ailleurs et obsédée par un autre sujet, pour tout dire. Mais ce qui ressort, c'est ce que j'ai écrit : le gouvernement laisse tomber les ouvriers au profit des banquiers pourris. C'est moche...

      Supprimer
    2. Houlà mais tu est folle ? Tu veux demander des contreparties ??? -s'pice di bolchevik- Monsieur Moscovici ministre des sous, nous l'a dit en Live, devant nous : pas de contraparties, mais des trucs après plus tard. Par ce que les contreparties c'est contre l'activité... (discours crypto libéral).

      Supprimer
  4. Si Dexia plonge, les communes qui se sont endettées auprès d'elle verront leur ardoise remise à des margoulins encore moins scrupuleux qui enverront les gros bras ! Je préfère encore que ce soit l'état qui vienne au secours ... c'est son travail après tout.
    Pour ce qui est de Mercedes ...c'est une fable ! L'acier de Florange est bien trop onéreux à produire et les allemands ont tout ce qu'il faut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le libéralisme, si une société tombe, les ardoises sont effacées vu qu'il n'y a plus de personnalité morale, la dette disparait et l'économie reprend. Le vrai libéralisme s'auto-régule.
      En France, le liquidateur judiciaire demande des comptes aux clients jusqu'à ce qu'un certain nombre de créditeurs obtiennent leurs pourcentages légales de remboursement (l'urssaf, les salariés, pas les associés) et le reste des dettes est effacé avec la liquidation totale des comptes.

      Mais dans notre oligarchie faussement appelé libéralisme, on ne va tout de même pas joué le vrai jeu du libéralisme quand ce sont les associés qui risquent de perdre!

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.