28 janvier 2014

Il était une fois la théorie du lama...

Il était une fois un pays qui ressemblait à tous les pays. Les enfants allaient à l'école et y apprenaient péniblement à lire et à écrire. Dans ce pays, tout allait aussi bien que possible, bien qu'il fasse froid en hiver et chaud en été.

Un jour, une rumeur courut : quelques étranges personnes avaient décidé unilatéralement qu'il fallait absolument qu'on forme les enfants, dès leur plus jeune âge, à aimer les lamas. On dit même que cela était devenu l'objectif numéro un du gouvernement : il fallait que les élèves, dès la maternelle apprennent à désirer des lamas, à penser lamas, à devenir des lamas.

Le complot était terrible : il fallait que les instituteurs suivent des formations sur les lamas, qu'ils se marient eux-même à des lamas, qu'ils fassent des power point sur les lamas aux lycéens et des jeux pédagogiques en peluche pour les plus jeunes, toujours sur le thème du lama...

On parlait de la théorie du lama, partout. On disait "Llama's theory", pour faire genre.

La finalité était évidemment l'anéantissement de la race humaine au profit de l’avènement des lamas.

Heureusement, quelques irréductibles humains veillaient au grain : ils étaient prêts à faire barrage de leur corps pour ne pas qu'on devienne tous des lamas. C'est vrai, ça ! Au nom de dieu, qui nous a créé à son image, on ne pouvait pas se laisser transformer en lama sans rien faire. Il était pourtant évident que si on parlait des lamas aux enfants de trois ans alors ils deviendraient des lamas : c'était inéluctable.

Alors, ces quelques résistants décidèrent d'envoyer des SMS et des mails à tout les parents croyant en un dieu quelconque pour faire valoir des arguments divins : on ne pouvait pas laisser faire ça. Les petits garçons et les petites filles ne pouvaient pas se mettre à cracher !

La preuve que cette rumeur était vraie, bien sûr, c'est que tout le monde disait le contraire : les professeurs niaient, le ministre niait, même le président de la République niait. Et ça, c'était la preuve suprême de la véracité de la chose. Personne ne se demandait vraiment pourquoi on voulait faire ça : c'était peut-être un truc des extra-terrestres, c'était sans doute le diable, c'était juste pour mettre fin à la bonne marche du monde, voilà tout.

Tout dégénéra quand on commença à entendre l'insulte "Sale lama !", quand on vit fleurir les tags "Mort aux lamas !" et, pompon sur le bonnet en alpaga, quand des massacres de lamas furent perpétrés dans les zoos du pays.

Les quelques personnes qui savaient encore lire décidèrent enfin d'aller consulter les programmes de l'éducation nationale : il n'avait jamais été question d'enseigner la "Llama's theory" dans les écoles. Jamais. D'ailleurs, cette théorie n'existait pas.

Mais le mal était fait : guerre civile entre les pro lamas et les anti lamas.

Quand tout explosa, à cause d'un lama ayant trouvé par hasard le bouton rouge de la bombe H, de tous ces idiots, il ne resta rien. Et c'était mieux comme ça.

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

19 commentaires:

  1. Putain ! Mais si on avait besoin d'une stigmatisation des lamas, en plus !

    RépondreSupprimer
  2. Article pertinent de la même veine de "matin brun" de PAVLOF sur la montée du totalitarisme ..... Restons vigilant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Matin Brun...Très bonne nouvelle...

      Supprimer
  3. Et les ratons laveurs alors ? .......
    Vous auriez au moins pu citer les ratons laveurs ! .......
    Et le complot cosmo inter galactique des tigres dans le moteur ? ......
    Tout le monde l'a oublié , et pourtant ce fut TERRIBLE comme complot ......
    Et le complot de la lessive aux enzimes ! ...... Hein !!!! ...... Quand les enzimes ont failli envahir le monde , on a oublié tout ça ! ........ Et la mère Denis qui magouillait avec les extra terrestres pour contaminer tous nos habits avec des enzimes qui nous auraient tous digéré à l'insue de notre plein grés Hein !!!!!!.....
    Alors Madame Sisi ! J'ai le regret de vous le dire mais tout cela est vrai ! .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus c'est gros, plus ça passe, comme dit la jeune mariée...

      Supprimer
  4. Serge Lama le dit depuis longtemps, ils sont malades, complètement malades.

    RépondreSupprimer
  5. Heureusement, on voit bien que ce pays n'a rien à voir avec la France, puisque les enfants y apprennent encore à lire et à écrire…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est vrai que vous connaissez bien l'école !

      Supprimer
    2. D'une part, oui, je la connais un peu, pour avoir un certain nombre d'amis professeurs. Et, d'autre part, en ce cas précis, connaître l'école n'a pas d'intérêt : il suffit de contempler les résultats de son action sur ceux qui en sorte, ce qui est à peu près à la portée de tout le monde.

      Mais enfin, mon commentaire était un simple gag, on ne va quand même pas se mettre la rate au court-bouillon pour ça, si ?

      Supprimer
    3. Ceux qui en sortENT, espèce de pitoyable raclure d'Éduc' nat' !

      Supprimer
    4. Monsieur Goux ! ..... Attention ! ....
      Il ne faut pas confondre "court-bouillon" et "bourre couillon"......

      Supprimer
    5. Oh, non ! Rassurez-vous ! Un gag sur un texte pas sérieux, ça ne vaut pas la peine de s'en faire !

      Supprimer
    6. Je n'étais pas trop inquiet, à vrai dire…

      Supprimer
  6. très amusantes cette petites mise en scène :)

    RépondreSupprimer
  7. Jésu était une fille ! .....
    Et en plus elle était juive ! ......
    Et en plus elle faisait des partouzes avec ses disciples ! ........
    Alors on a bien fait de la crucifier cette salope ! ........

    RépondreSupprimer
  8. Ce pays est ingouvernable.
    Et encore, on n'a pas encore entendu l'avis de Lama Delon sur cette question.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.