15 octobre 2014

#Cétaitmieuxavant

Aujourd'hui, j'ai rencontré un #c'étaitmieuxavant. 

Vous aussi, vous avez sans doute rencontré ce genre de personne. #C'étaitmieuxavant, la langue française, qu'il me dit. Avant, les gens ne faisaient pas toutes ces fautes d'orthographe. Bon, avant, les gens faisaient peut-être des fautes sur leur liste pour les courses ou sur leurs cartes postales, mais ça restait dans la sphère privée. Aujourd'hui, les gens font des fautes sur internet et ça se voit. Nous n'avons jamais autant écrit qu'aujourd'hui : au Moyen-Âge, 90% de la population ne savait pas écrire et les autres écrivaient à peu près comme ils voulaient...Mais là, c'était trop #avant, pour le monsieur...

#C'étaitquandmêmemieuxavant, l'école. Les enfants passaient le certificat d'étude et savaient lire. En 1939, il n'y avait pas 50% d'une classe d'âge qui le passait, ce diplôme. Aujourd'hui, 100% d'une classe d'âge passe le brevet des collèges. Il y avait 5 épreuves (écriture, lecture, calcul, histoire-géographie, sciences appliquées) et donc 4 matières. Aujourd'hui, en plus du français, des maths, de l'histoire-géo, de l'anglais, de l'histoire des arts, il y a le B2i.

#C'était mieux avant. Les enfants étaient plus intelligents. Si, si. C'est ce qu'il m'a dit, mon #c'étaitmieuxavant. 

J'ai arrêté de discuter.
Et j'admire beaucoup Elooooody de continuer de discuter... :)

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. C'est quoi le B2i ?

    Je vais quand même troller vu que j'ai recemment fait un billet sur l'orthographe (et les correcteurs orthographiques) dans une de mes annexes.

    Environ 20 à 30% des ingénieurs sont incapable de faire un mail d'une phrase sans faute d'orthographe. Véridique (et tu le sais). La difficulté : comment faire confiance (en tant que client, partenaire, fournisseur,...) à un type incapable de se relire.

    La difficulté est de reconnaître que le niveau moyen de l'enseignement a augmenté contrairement à celui des diplômes.

    L'égalitarisme n'a pas que du bon quand on nie ce "fait".

    C'est mon coté reac. Je suis entouré d'excellents ingénieurs mais une partie ne sait pas écrire. Ils perdent toute crédibilité et leur carrière stagne. Ils sont les ouvriers du 21ème siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! Je continue avant que le vieux débarque. Un jour on finira par tolérer l'orthographe approximative.

      Supprimer
  2. Réduire la baisse du niveau en orthographe à un "c'était mieux avant" est assez grotesque... Mais force est de constater que le niveau a vraiment baissé. Je suis d'accord avec Nicolas sur ce point. D'ailleurs, je ne supporte pas quand je laisse traîner des fautes dans mes billets. Je ne parle pas des coquilles ou des fautes de frappe, mais des bonnes vieilles fautes de grammaire, conjugaison et orthographe "de base".
    Il a raison quand il dit que celui ou celle qui fait des fautes donne une très mauvaise image de lui.
    Quand je reçois des mails ou des courriers truffés de fautes, ça m'énerve prodigieusement car je l'associe à de la négligence ou du je m'en foutisme (Tiens! Je ne sais pas écrire ça).
    Et il a hélas encore raison quand il dit qu'on va devenir de plus en plus tolérant... .
    Sinon, rapport à ton clin d’œil, j'aime bien discuter... Et puis quand ça ne sert à rien, je les laisse entre eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais vous, vous m'avez, moi qui vous surveille et vous reprends à la moindre entorse syntactique ou grammaticale ; du coup, vous êtes obligée de faire un peu attention.

      Le problème est que je ne peux pas être derrière tout le monde…

      Pour le reste, mon Dieu, il me semble que quand "100% d'une classe d'âge" (moi aussi, je sais causer moderne, quand je veux !) passe avec succès un examen, cela signifie très clairement que le dit examen ne vaut rigoureusement rien. Du reste, le BEPC faisait déjà rigoler tout le monde à l'époque où je l'ai passé, alors…

      Supprimer
    2. Pour ce qui est du "je-m'en-foutisme", je l'écrirais, si j'avais à l'écrire, je crois que je l'écrirais comme je viens de le faire. Mais c'est sans garantie.

      Supprimer
    3. Ah, elle est jolie, ta phrase, gros abruti même pas aviné !

      Supprimer
    4. Depuis quand t'es pas aviné, gros abruti ?

      Supprimer
    5. Ce doit faire une douzaine de jours que je suis abstinent ! Mais, demain soir, nous recevons Jacques Étienne…

      Supprimer
  3. Un jour je rédigerai un billet pour remercier Didier Goux de veiller au grain chez ouam.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait bien la moindre des choses, en effet…

      Supprimer
  4. C'était bien de vous laisser vous exprimer, comme ça, librement, sans contrainte ! Vous êtes formidables, merci !
    Bises

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.