1 juillet 2014

La classe politique en garde à vue

Nicolas Sarkozy est en garde à vue. Malheureusement, c'est encore un politique qui décrédibilise la politique. C'est encore une affaire qui éloigne les gens des urnes : tous pourris, tous, jusqu'au plus hauts placés. Et si celui-là l'est, alors les autres, sûrement, aussi.

Ce qui est désespérant, en plus, c'est qu'il aura de bons avocats, qu'il s'en tirera, qu'il reviendra. On n'est jamais mort, en politique. On revient, même avec toutes ses casseroles.

D'un autre côté, il y a des gens honnêtes et scrupuleux qui font de la politique au sens noble. Oui, ça existe, j'en connais...Si je n'étais pas d'une modestie maladive, je dirais que j'en fais partie. Certes, c'est au niveau local...Mais ça me laisse de l'espoir, moi qui suis sans doute très naïve...Pourquoi, si ceux-là sont honnêtes, les autres ne le seraient pas ? C'est le même raisonnement...

Je ne suis pas partisane de Sarkozy, évidemment, avec tout ce que je lui ai mis pendant 5 ans sur mon blog...Mais j'aurais tort de me réjouir des déboires d'un ancien président de la République, parce que je veux encore croire à la démocratie.

CC
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Justement ! La justice vaincra. Et sauvera la démocratie.

    RépondreSupprimer
  2. Cette affaire ne décrédibilise que Sarkozy et la droite. pas d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
  3. Cette affaire, pour l'instant du moins, ne décrédibilise absolument personne : être en garde à vue n'est pas être mis en examen ; et être mis en examen n'est pas être coupable.

    RépondreSupprimer
  4. sauf qu'avant on disait "inculpé". Le mot avait été jugé trop fort et remplacé par "mise en examen" mais le résultat est le même Sarko est un escroc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me faites rire, avec vos excitations à deux balles ! À l'époque où on disait "inculpé", la présomption d'innocence existait déjà, vous savez !

      Supprimer
  5. Je trouve plutôt salutaire qu'un ex PR soit un justiciable comme tout le monde.

    RépondreSupprimer
  6. ..... Et déjà ce soir sur TF1 la démarche de victimisation est lancée ! Je trouve cocasse d'écouter l'ex président de la République Française dénoncer la partialité de la justice, en la personne d'une des juges d'instruction sur le seul fait qu'elle fasse partie du principal syndicat de la magistrature...... Souvenir, souvenir ....! N'avait - il pas souhaité supprimer les juges d'instruction sous sa présidence ? Je trouve que c'est un excellent retour de "bâton " qui sème le vent récolte la tempête ...!

    RépondreSupprimer
  7. C'est bien pour cela qu'on l'a remplacé ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.